En Grèce, des médias menacés d’asphyxie

La situation des médias grecs est historiquement fragile. L’arrivée au pouvoir en 2019 d’un gouvernement libéral et corrompu a drastiquement détérioré l’exercice du métier de journaliste.

Élu le 7 juillet 2019 lors des élections législatives, nommé Premier ministre le 8, Kyriakos Mitsotakis prend officiellement le contrôle de l’agence de presse nationale ANA-MPA et de la télévision nationale grecque, ERT, le 9. « Cela nous a pris de court,se rappelle Mahi Nikolara, journaliste à ERT. Nous étions très inquiets. » Et la nomination de l’ex-directeur du cabinet de Mitsotakis, Konstantinos Zoulas, à la présidence d’ERT, est venue renforcer les appréhensions des journalistes. Deux ans plus tard,…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.