« A Chiara », de Jonas Carpignano : Danger familial

Dans A Chiara, Jonas Carpignano décrit la prégnance de la mafia calabraise.

Avec A Chiara, Jonas Carpignano clôt un cycle de trois longs-métrages consacré à une ville de Calabre, Gioia Tauro. Après s’être intéressé aux migrants, puis aux Gitans, le cinéaste se penche ici sur la prégnance de la mafia dans la société calabraise. Celle-ci a une particularité : il est impossible d’entrer dans un clan si l’on n’a pas de lien de sang avec ses membres. D’où son caractère consubstantiel et lourd d’affects qui exclut l’existence de repentis. Le film se concentre sur une jeune fille de 16…

Il reste 71% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.