« Les Passagers de la nuit », de Mikhaël Hers : Une sensible singularité

Mikhaël Hers montre les liens qui unissent une famille au cours des années 1980.

Comme elle ne peut faire valoir la moindre expérience professionnelle, le père (Didier Sandre) d’Élisabeth (Charlotte Gainsbourg) lui souffle de mentionner sur son CV qu’elle est sensible. Ce qualificatif convient parfaitement à cette femme récemment abandonnée par son mari et mère de deux grands enfants. Prononcé dès les premières minutes, ce mot correspond aussi à la tonalité générale des Passagers de la nuit, à ce que Mikhaël Hers parvient à mettre en scène de film en film, sans jamais prêter le flanc à la sensiblerie ou user d’une émotion calculée.

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.