« J’ai horreur de l’amour » : La vie en noir et rose de Bertrand Betsch

Le superbe album J’ai horreur de l’amour parvient à irradier une grande euphorie sur fond d’une sombre mélancolie.

Paru en 1997 chez Lithium, label phare de la scène française indépendante des années 1990, le premier album de Bertrand Betsch, La Soupe à la grimace, a révélé un auteur-compositeur-interprète présentant une parenté artistique certaine avec Dominique A (lui aussi découvert grâce à Lithium) mais attestant néanmoins d’emblée une personnalité très singulière, qui n’a cessé par la suite de s’affermir.

Portées par une voix frêle, presque brisée, extrêmement touchante, les chansons de Bertrand Betsch prennent la forme de chroniques intimistes plus ou moins fictives. Gravitant dans l’espace musical entre pop française, rock indépendant et électro, elles se parent de mélodies accrocheuses et d’arrangements minutieux. Sous le minimalisme apparent, une écoute attentive permet ainsi de percevoir le riche travail de mise en forme sonore.

Bertrand Betsch se distingue également, et sans doute encore davantage, en tant qu’auteur. Justes, incisives, parfois caustiques, volontiers teintées d’humour noir, ses paroles témoignent d’un vrai tempérament littéraire. En parallèle de la confection de chansons, l’intéressé s’adonne d’ailleurs à une autre sorte d’écriture mais n’a encore publié que quatre livres – contre dix-sept albums à ce jour.

Il reste 69% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.