Dossier : Bifurquer : ces jeunes qui sautent le pas

Portrait - Ophélie : Sur le terrain

De la publicité et la communication, Ophélie Damblé est passée aux pleins champs. En pépiniériste assumée. Sans regrets.

Ça a débuté comme ça. Par des études de cinéma et de théâtre à la faculté et au conservatoire. La scène comme ligne de mire. Avant d’être rattrapée par la vie active en véritable couteau suisse. La chronique radio, l’organisation d’événements, la direction artistique pour un label de disques, les réseaux sociaux pour un groupe de communication. Autant d’activités adossées à des petits boulots alimentaires. Serveuse, vendeuse, le toutim. Pas loin d’une dizaine d’années. Au milieu de passions articulées autour de la musique alternative, des fanzines et de l’illustration.

Des années aussi de réflexion pour Ophélie Damblé sur la nourriture quand elle devient végétarienne, s’interrogeant sur sa propre consommation, « sur l’industrie agricole, l’élevage et l’agroalimentaire ». Des interrogations mâtinées d’inquiétudes sur « nos sols de plus en plus infertiles, la pollution, la fin de l’autonomie alimentaire ». Trois années à cogiter. « Je ne trouvais plus aucun sens à continuer à travailler ainsi. J’étais hors sol. Il me fallait tout simplement revenir à la terre. » Un retour aux sources pour qui vient non pas de la ville mais de la campagne, en Ariège jusqu’à l’âge de 17 ans, fille d’enseignants, entourée de cultivateurs, de paysans dont « le travail n’est pas du tout valorisé, même s’il s’agit d’un métier qu’on côtoyait tous, se souvient Ophélie. On n’incite personne à l’occuper et on ne m’a jamais encouragée dans cette voie, mais plutôt poussée vers un métier dit intellectuel ».

Il reste 68% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.