blog /

Publié le 12 février 2011
Sarkozy dégage !!!

Sarkozy dégage !!!

**

S’agissant de la Tunisie, tous les experts brevetés es-Maghreb, n’entrevoyaient pas la possibilité d’un changement de régime et la plupart avaient presque perdu l’habitude de faire le compte des exactions policières, des jugements iniques, des emprisonnements, des obstacles à liberté d’écrire, des accusations non fondées, des fausses alarmes islamiques, des compromissions et autres corruptions. Et puis, tout cet échafaudage s’est effondré sur la plupart des politologues qui peinent aujourd’hui à émerger des débris de leurs élucubrations et à se justifier : on aurait pas cru... ; ceux qui haussaient les épaules lorsque les manifestants criaient « Ben Ali dégage » exhument désormais trop de raisons de dire que, dans le fond, ils se doutaient bien qu’un jour... Mais, bon, il faut les comprendre et refouler la commisération car ils expliquent, penauds, que la Tunisie c’était un pays particulier et une situation encore particulière; quand aux titres surgis sur l'exploit improbable des Tunisiens « à qui le tour », ils relevaient plus de l’exercice journalistique que des certitudes géopolitique. Ce sont des arabes après tout, la démocratie authentique, ils ne connaissent pas vraiment mais bonne chance quand même...

Et puis sont entrés dans la danse révolutionnaires les Egyptiens tenus en laisse depuis trente ans par un Raïs aussi autoritaire que dépourvu de la moindre culture (cela ne vous rappelle personne ?). Incapables eux aussi , ces pouilleux à l'échine courbée devant les touristes, de tirer un pays de 80 millions d’habitants hors de ses mauvaises habitudes. Et qui plus est, guettés par les abominables islamistes cachés derrière les "vrais manifestants de la classe moyenne". Les vivants comme les morts. Les uns et les autres incapables de parler français mais répétant dans leurs manifestations « Moubarak dégage ». Bien que mis sous la tutelle de militaires largement suspects ils ont, au moins pour un temps, libéré la parole. Avec une chance, même minime et risquée, de transformer l’essai.

Alors, en attendant la suite, arabe ou autre... et si les Français, sanctionnant la dernière et piteuse tentative du Président français de redorer son blason terni par les juges, les chômeurs, les enseignants, les fonctionnaires, les ouvriers, les agriculteurs, les pauvres, tout le peuple fatigué et même les journalistes, descendaient dans la rue pour crier, sans attendre 2012 « Sarkozy, dégage » ?

Je rêve, je fantasme ?

Cela ferait fuir nos 76 millions de touristes ?

On ne sait jamais...


Photo : AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.