blog /

Publié le 15 octobre 2011
Ces écolos qui votent Aubry

Ces écolos qui votent Aubry

Dominique Voynet, José Bové, Denis Baupin, Alain Lipietz... Nombreux sont les écologistes à vouloir participer à la primaire du PS pour soutenir Martine Aubry, la plus «écolo-compatible» à leurs yeux.

Bonne entente à La Rochelle (29 Août 2009) Officiellement, les écologistes n'ont pas de préférence particulière entre les deux finalistes de la primaire socialiste. Europe écologie-Les Verts (EELV) n'est «pas une agence de notation» qui déterminerait qui de Martine Aubry ou de François Hollande est le plus proche des idées écologistes, a déclaré Jean-Vincent Placé, jamais avare de bons mots. Lundi, le même avait estimé que les militants écologistes avaient été nombreux dimanche à participer à la primaire et qu'ils avaient voté «majoritairement» pour Martine Aubry et «significativement» pour Arnaud Montebourg. Le même jour, le tropisme des élus EELV n'avait pas non plus échappé aux journalistes qui assistaient à leur journée parlementaire.

Entre ces deux déclarations de Jean-Vincent Placé, Cécile Duflot, qui était mardi matin sur France inter, avait assuré que «les écologistes» étaient «reconnaissants» à Martine Aubry pour les relations qu'elle avait nouées avec eux. Une déclaration de la secrétaire nationale d'EELV qui avait fait réagir durement le camp Hollande. «On a l'impression d'être dans l'Ancien Régime» , avait glissé Vincent Peillon, lors d'une conférence de presse mardi après-midi, accusant de manière détournée la maire de Lille d'être en négociations avec EELV: «Je n'ose soupçonner que ce soit le résultat de tractations électorales...»

Cet effet de menton n'empêche pas plusieurs cadres et élus d'EELV, et non des moindres, d'affirmer hautement et leur soutien pour la maire de Lille , et leur intention de voter dimanche, comme ils l'ont fait le 9 octobre.

A Montreuil , ville où les électeurs se sont particulièrement déplacé pour porter Martine Aubry en tête (42%), loin devant François Hollande (25%), Dominique Voynet a participé au scrutin dimanche dernier et n'a pas beaucoup caché à qui était allé son vote. Vendredi matin, comme elle l'avait annoncé sur Twitter, la maire de Montreuil accueillait sur le marché de la Croix-de-Chavaux son «amie et amie politique» . Et promettait que les montreuillois seraient encore plus nombreux à la soutenir dimanche.

Plus discrètement, c'est par mail que Pierre Radanne , ancien directeur adjoint du cabinet ministériel de l'Aménagement du Territoire de Dominique Voynet, et ancien président de l'ADEME fait campagne pour Martine Aubry: «La gravité des situations sociales, écologiques et économiques rend indispensable l’émergence, enfin, d’une culture politique qui rassemble les écologistes et les socialistes. Il faut construire un mode de développement nouveau pour ce siècle. Pour toute l’humanité.
Martine Aubry me semble le candidat à même de gagner la Présidentielle et le réaliser»
, écrit-il en introduction d'un mail dithyrambique arrivé entre nos mains. Qu'il conclut par un appel à faire «passer le message» : «Martine Aubry compte sur nous, nous pouvons compter sur elle.» A en croire plusieurs témoignages, la consigne circule bien parmi les militants EELV, encouragés par les prises de position de figures connues.

José Bové aussi vote Aubry. Il l'a fait savoir dans un communiqué sibyllin que Le Parisien lui a demandé de préciser: «S'il n'a pu voter au premier tour, Bové, actuellement à Bruxelles en session parlementaire, a bien l'intention de participer dimanche, et de glisser un bulletin dans l'urne pour Martine Aubry. «C'est évident qu'à EELV nous travaillerons avec le PS et avec le candidat qui sera choisi dimanche pour le projet des législatives» mais il fait un choix ««personnel sur des dossiers» (qu'il) porte» : «Ce n'est pas un casting. J'ai suivi les débats, j'ai observé les déclarations des uns et des autres et j'incline à faire le choix de Martine Aubry» .» Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris et l'un des principaux soutiens de la maire de Lille, a diffusé largement cet article via Twitter.

C'est encore sur ce réseau social que le parisien Denis Baupin a fait part de son intention de voter Aubry dimanche «à titre perso» , «pour sortir du nucléaire» . Ou que le conseiller municipal de Vincennes et conseiller régional EELV Pierre Serne a annoncé la publication d'un appel d'élu(e)s à voter Aubry tout en soutenant Eva Joly. Appel finalement publié sur Facebook et signé de dix autres élus1: «Il ne nous paraît cependant pas improbable que la gauche soitreprésentée au deuxième tour par le ou la candidat-e du parti socialiste» , y lit-on. Les signataires entendent dès lors choisir celle qui a été «nettement la plus claire sur des sujets qui sont, pour nous écologistes, cruciaux, en particulier, bien sûr, la sortie du nucléaire, mais aussi par exemple la fin d'HADOPI, le non cumul des mandats ou la volonté d'aller vite vers une égalité des droits pour les personnes LGBT et les femmes» . La désignation de Martine Aubry est aussi, à leurs yeux, «la clé d'un accord programmatique solide et de qualité entre EELV et le PS» .

Dernier en date à annoncer son intention de voter pour Aubry, Alain Lipietz explique sur son blog avoir «changé d'avis» . Négociateur d'EELV avec le PS, il s'était tenu à l'écart, mais «le ralliement général à Hollande, même de Montebourg» l'a «agacé» et décidé d' «agir pour que le candidat socialiste soit le plus "écolo-compatible" possible» .

Les écologistes feront-ils pencher la balance en faveur de la rivale de François Hollande? Leur participation au scrutin n'est en tout cas pas du goût de tous. A un twittos qui jugeait «pas démocratique de militer dans un parti politique et d'influer dans les choix d'un autre» , Pierre Serne réplique «que le PS a clairement appelé toute la gauche à voter dans sa primaire citoyenne» . En somme, si les socialistes ne sont pas contents de voir des concurrents venir s'immiscer dans leur désignation, ils n'ont qu'à s'en prendre à leur décision de l'ouvrir à tous vents. A bon entendeur...



  1. Martine Alcorta, vice-présidente du conseil régional d'Aquitaine, Nadia Azoug, conseillère régionale d’Ile de France, Francine Bavay, conseillère régionale d’Ile de France, Catherine Candelier, conseillère municipale de Sèvres (92) et vice-présidente de la FEVE, Françoise Diehlmann, conseillère régionale d’Ile de France, Hamza El Kostiti, conseiller municipal délégué d’Halluin (Nord), Dorian Piette, membre du bureau exécutif d’EELV Pays de Loire, Stéphane Prat, conseiller municipal d'Ivry sur Seine (94), Corinne Rufet, conseillère régionale d’Ile de France, déléguée nationale thématique EELV aux politiques culturelles et à l’éducation populaire, Bérénice Vincent-Delpeyrat, vice-présidente du conseil régional d'Aquitaine. 


Tags

Haut de page

Voir aussi

Articles récents