blog /

Publié le 20 août 2013

Ce cochon de capitalisme …

… va-t-on finir par le saigner ?

Nathanaël Uhl est un militant du Parti de Gauche que je ne connais que pour le lire ici ou là : sur la Toile, où il tient un blog, ou dans la presse militante — y compris, à l’occasion, dans Politis, 1 —.

Il m’intéresse, parce que son adhésion au “mélenchonisme” (disons ça comme ça) n’est jamais sottement inconditionnelle (ce qui lui est du reste, bien évidemment, reproché par les zélotes de l’ex-candidat du FdG à la présidentielle).

En cette rentrée politique aussi insignifiante qu’on pouvait s’y attendre — de la vaine prospective gouvernementale à horizon 2025 aux contorsions grotesques de l’opposition sur le thème de “l’inventaire” du sarkozysme, alors que plus que jamais « la maison brûle » , comme disait l’autre grand pendard —, une réflexion stratégique un peu distanciée comme celle que je vous invite à lire aujourd’hui ne peut pas faire de mal …

« L’optimisme de la volonté » (comme disait Gramsci) du militant actif l’empêche de céder à cette « tentation de Venise » dont il avoue être parfois saisi.
Illustration - Ce cochon de capitalisme …
Quant à moi, qui reconnaît y avoir succombé (avec l’excuse de pas mal d’années de plus au compteur), je garde respect et intérêt pour ceux qui, comme Uhl, pensent pouvoir encore inverser le cours des choses, « renverser la table » , saigner enfin ce cochon de capitalisme que nous engraissons depuis si longtemps ; ma contribution se borne, modestement, à leur faire écho …

Même si le PS n’a plus rien de socialiste, même s’il n’est même plus de gauche, il n’en reste pas moins que nous (le FdG) ne pourrons rien en nous enfermant dans une solitude pure et dure — dit en substance Nathanaël.
Et il nous invite ici à accepter « la complexité en politique. »

Bonne lecture (et éventuellement bon débat, en évitant les noms d’oiseaux et, comme c’est ici la règle, sans omettre de vous situer.)


  1. Ici dans une tribune suite à l’élection législative de Villeneuve-sur-Lot 


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.