Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 22 décembre 2014
Gaz et rouble : les deux dernières victoires de Vladimir Poutine

Gaz et rouble : les deux dernières victoires de Vladimir Poutine

La guerre bat son plein entre le camp occidental et la Russie. Et c'est Vladimir Poutine qui est en passe de remporter les deux dernières batailles de l'année : celle du rouble, après celle du gaz.

Conférence de presse de Vladimir Poutine, Moscou, 18 décembre 2014 - (photo : AFP/Alexander Nemenov)

Gaz : l'UE se tire une balle dans le pied

Tout a commencé par un projet de gazoduc, le South Stream , qui devait mener à l'Europe, via la Bulgarie, ce gaz russe dont le vieux continent a un impérieux besoin.

Le seul hic du projet, piloté à 50% par le russe Gazprom, c'est qu'il voulait absolument éviter le transit par l'Ukraine, pays à hauts risques en pleine décomposition économique, politique, géopolitique, militaire.

Pressée par les États-Unis, promoteurs de sanctions disciplinaires contre à peu près tous ceux qui ne leur prêtent pas allégeance, la Commission européenne tergiversa tant et si bien que Vladimir Poutine ne se le fit pas répéter deux fois :

« Puisque la Commission européenne n’en veut pas, eh bien nous ne le ferons pas, et nous réorienterons nos ressources énergétiques vers d’autres régions du monde. »

Illustration - Gaz et rouble : les deux dernières victoires de Vladimir Poutine

Grande bénéficiaire : la Turquie qui va hériter dans l'affaire, non seulement du terminal, mais aussi d'une remise de 6 % sur les prix et de la joie mauvaise de contrôler le robinet qui doit acheminer le précieux liquide vers cette Union européenne qui ne veut pas d'elle.

Grandes victimes : la Bulgarie, électron sacrifié de l'UE, comme quelques autres pays limitrophes de l'ex-URSS, mais aussi les compagnies occidentales parties prenantes du projet (l’allemande Wintershall, la française EDF, l'italienne ENI) et, partant, tous les pays membres de cette Union européenne qui s'est stupidement tirée une balle dans le pied.

Rouble : les réserves de la Russie

L'autre bataille livrée par Vladimir Poutine s'est déroulée sur le front monétaire , avec une attaque spéculative d'envergure qui fit gravement chanceler un rouble affaibli par la crise pétrolière et les sanctions européennes. Jacques Sapir explique très bien la manœuvre, classique, sur son blog :

« On achète du dollar en vendant des roubles, ce mouvement fait chuter le rouble, puis on revend ces dollars, provoquant une légère remontée, mais à un niveau inférieur à celui auquel on les a acheté. Le spéculateur est ainsi gagnant. Songeons qu’il a pu acheter des dollars entre 63 et 65 roubles et les vendre entre 77 et 72 roubles. »

En passant, certains visaient probablement à couler l'économie russe dans son ensemble. Mais c'était compter sans les ressources dont dispose la Russie (et qui font cruellement défaut aujourd'hui au camp occidental) :

-* des réserves de change solides à la Banque centrale russe : 420 milliards, soit un ratio de 12,5 % (contre 1,26 % à la Fed US) ;

-* un stock d'or conséquent pour soutenir la monnaie nationale : 6 % de la masse monétaire russe (contre... 0 % à la Fed) ;

-* une dette publique très faible : 9% du PIB, soit en proportion dix fois moins que la France.

Dès le mercredi 18 décembre, la Russie puisait dans ses réserves et parvenait à inverser la courbe descendante du rouble avec un redressement spectaculaire de +13 % en une seule journée, qui allait se poursuivre à un niveau moins soutenu mais assuré jusqu'à la fin de la semaine (+23,9 % au total). Imaginez la tête des spéculateurs, avec leurs monceaux de dollars achetés entre 63 et 65 roubles... et n'en valant plus que 58,5 !

Mouvement des cours du rouble pour 1 dollar - (sources: MICEX et Banque centrale de Russie)

La lente et chaotique recomposition géopolitique du monde

Remporter des batailles ne vous assure évidemment pas de gagner la guerre. D'autant que toute bataille fait des dégâts chez tous les combattants, vainqueurs compris. Vladimir Poutine le reconnaissait aisément dans une conférence de presse tenue à Moscou le jeudi 18 décembre.

Mais, face à une situation fort périlleuse, il venait de démontrer une nouvelle fois sa capacité de réaction. Et de ressouder encore un peu plus les rangs du camp des émergents, avec en pleine tourmente monétaire un soutien réaffirmé de la Chine à la Russie.

Par delà les élucubrations confondantes de bêtise d'une propagande occidentale puérile, ainsi va la lente et chaotique recomposition des équilibres géopolitiques du monde.


À lire pour en savoir plus :

- [Sanctions suicidaires pour l’UE : la Russie enterre le South Stream->http://www.les-crises.fr/sanctions-suicidaires-pour-lue-la-russie-efface-le-south-stream/] (sur les-crises.fr)
-
[Russie : du sang à la corbeille->http://russeurope.hypotheses.org/3163] (sur RussEurope, le blog de Jacques Sapir)

EDIT 24 décembre :

-* [La lettre d'un banquier russe->http://russeurope.hypotheses.org/3190] ou comment les autorités russes ont "tué" les spéculateurs (sur RussEurope)

Tags

Haut de page

Voir aussi

Articles récents