blog /

Publié le 27 janvier 2015

Sécurité routière: des milliers d'arbres de bord de route vont être sacrifiés à la voiture

None

Que les pouvoirs publics améliorent la sécurité routière en restreignant et surveillant les vitesses, en interdisant les vitres (très) teintées de ceux qui se prennent pour des personnalités, en protégeant les piétons et les deux-roues, en bannissant les oreillettes de téléphone, en diminuant le tolérance envers l’alcoolémie, rien ou peu à dire. Encore que : pourquoi une limite de seulement 0,2g/l pour les jeunes et pas pour tout le monde ? Quant aux dangers du téléphone à oreillette, il faudrait peut-être aussi se pencher sur la dangerosité des conducteurs qui conduisent le nez sur leur GPS parce qu’ils ne savent pas lire un plan ou une carte…

Mais il y a pire. Une mesure qui n’a pas été soulignée par les médias. Les préfets sont priés de répertorier tous les arbres qui se trouvent… trop près des routes. Donc, les platanes, les peupliers, les pommiers, les résineux qui bordent encore de nombreuses voies secondaires de France vont disparaître, victimes de la démagogie des pouvoirs publics, des élus régionaux et départementaux. D’autant plus que ces derniers se sont déjà lancés depuis quelques années dans l’éradication des arbres qui ombragent les routes, les rendent plus agréables, incitant à l’admiration de ce type de paysage. Comme dans le Sud de la France et dans le Loiret. Dans ce dernier, comme d’autres de plus en plus nombreux, un élu UMP, sénateur et président du conseil général depuis une vingtaine d’années, poursuit de sa vindicte sécuritaire les arbres d’alignement et les fait couper en dépit des protestations des habitants.

Il n’est pas venu à l’idée de ces élus « arbicides » que de trop nombreux panneaux de signalisation pourraient être supprimés, que les poteaux électriques et téléphoniques pourraient être enlevés et les fils qu’ils supportent enterrés. Ils sont au moins aussi dangereux en cas d’imprudence due à la vitesse.

Mais il est bien connu que les arbres, surtout centenaires, sont des êtres intrinsèquement malfaisants qui se précipitent au milieu des routes pour heurter les voitures. Surtout celles qui roulent bien trop vite…


Un lecteur me signale fort justement qu'il faudra aussi supprimer les fossés dans lesquels on peut verser.J'ajoute les maisons (c'est dur un mur!)

Donc, sur le territoire, ne subsisteront que des routes pour tourner en rond, sans fossés, sans arbres, sans poteaux indicateurs et sans habitations...

Haut de page

Voir aussi

Ce que révèle l’affaire des sous-marins

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.