blog /

Publié le 8 novembre 2016
#JesuisChelsea Manning et #Jesuisencolère

#JesuisChelsea Manning et #Jesuisencolère

4 Novembre 2016 – seconde tentative de suicide de Chelsea Manning - #JesuistoujoursChelseaManning et #jesuisencolère - Ces en...... de l'Armée américaine la laisse toujours croupir à l'isolement dans leur geôle – Suite première tentative et grève de la faim, ils avaient dit 15 jours seulement et les traitements qu'elle réclame. Depuis... rien.

Chelsea Manning, la courageuse soldatE, condamnée à 35 ans de réclusion pour avoir transmis à Wikileaks des documents montrant les exactions de l'Armée américaine en Irak, vient de réitérer sa tentative de suicide. Souvenez-vous, le 13 septembre, ses comités de soutien alertaient et lançaient une pétition. J'écrivais ici-même « Chelsea Manning est aujourd'hui menacée de sanctions et de transfert à l'isolement en quartier de sécurité pour avoir... tenté de se suicider. L'armée continue à lui refuser les traitements et l'assistance psychologique dont elle a besoin pour poursuivre sa transition de genre. Le 9 septembre 2016, elle a relancé à nouveau une bouteille dans l'océan du réseau et a entamé une grève de la faim. » Le 15 septembre, elle mettait fin à cette grève de la faim, mais ses soutiens continuaient à mobiliser pour les raisons indiquées dans une seconde chronique : « L'armée et le ministère de la Justice semblent enfin prêts à lui accorder l'opération qui lui permettra de devenir une femme. Elle reste néanmoins condamnée (sans procès) à l'enfermement au secret pour avoir tenté de mettre fin à ses jours. Sauf si une manifestation de soutien massive et planétaire vient convaincre le gouvernement américain et l'armée d'abandonner la bonne vieille stratégie de l'acharnement pour l'exemple, pour une posture plus humaine qui serait tout à leur honneur. »

Dans les jours qui suivirent, elle avait obtenu du gouvernement la garantie de recevoir les traitements nécessaires à son changement de sexe et un accord de principe sur une future opération. Puis le 23 septembre, son avocat faisait savoir que la condamnation était ramenée à quinze jours d’isolement en quartier de sécurité. « Un comité disciplinaire pénitentiaire a décidé de punir la défenseuse de la transparence emprisonnée Chelsea Manning de 14 jours de mise à l'isolement (dont 7 jours de sursis) pour des charges directement liées à sa tentative de suicide de juillet, et pour possession d'un livre sans marquage dans sa cellule (en l'occurence “Hacker, Hoaxer, Whistleblower, Spy,” de Gabriella Coleman). » L'audience de ce comité de trois membres avait duré quatre heures, ils avaient délibéré 30 minutes et l'avaient dédouanée de l'accusation de « résistance à l'équipe de changement de cellule », mais déclarée coupable de « comportement menaçant » et de « possession illégale » (le livre). Petite victoire, amère certes, mais victoire quand même, d'autant plus que le comité a reconnu explicitement qu'elle est prisonnière pour avoir voulu « défendre la transparence ».

Mais l'armée et le gouvernement n'ont fait que botter en touche pour bloquer dans l'oeuf  le mouvement international de soutien. Plus d'un mois plus tard, Chelsea semble être toujours à l'isolement. Son avocat Chase Strangio, a expliqué dans un message à l'Associated Press que la condamnation à 35 ans et le traitement qui lui est infligé depuis son arrestation en 2010 constituent « des attaques démoralisantes et déstabilisantes pour sa santé et son humanité ». Il raconte :  « Après sa tentative de juillet, je l'ai vu commencer à rassembler son esprit et sa vie,  juste pour ce soit foutu en l'air par les procédures disciplinaires contre elle puis, le mois dernier, par le déclenchement sans préavis de son temps d'isolement. Elle a été punie à répétition pour avoir essayer de survivre, et maintenant elle est punie à répétition pour avoir tenté de mourir. »

Dire #jesuisChelseaManning est une clause de style, un gimmick pour faire de l'audience et tenter de mobiliser sur les réseaux sociaux francophones entre autre, mais cela n'a fondamentalement pas de sens. Parce que justement nous ne « sommes » pas elle, nous avons l'insigne chance de ne pas subir ce qu'elle subit. Par contre, si elle n'a plus la force de se battre, nous pouvons nous substituer à elle, reprendre son combat pour la transparence qui est aussi le nôtre et lutter pour elle; pour que l'Armée et le gouvernement la traite comme un être humain, pour qu'ils tiennent leurs engagements publics et lui donne les traitements indispensables à sa santé mentale et physique, pour qu'ils lui donnent les conditions de réclusion auxquelles elle a droit en tant que militante non-violente. Si elle n'a plus la force d'être en colère contre ces maltraitances et ces procès insensés, soyons le pour elle. C'est mon cas. #jesuisChelseaManning et #Jesuisencolère. Et je fais ce que je peux pour que ça se sache et que ça contamine.

Sur le web

Le communiqué de son avocat à l'AP

Un article du Guardian

La pétition, la vidéo, les articles, d'Ellsberg

Le Communiqué de l'ACLU

Le communiqué de Fight for the Future


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.