Bové y va, Hulot s’en va

Michel Soudais  • 24 janvier 2007 abonné·es

C'est quasiment acquis. À l'issue de la réunion nationale des collectifs unitaires antilibéraux de Montreuil (Seine-Saint-Denis), aucun des 600 délégués ne doutait que José Bové serait candidat à la présidentielle. Le syndicaliste paysan, qui avait annulé sa participation au Forum social mondial de Nairobi pour s'enquérir du soutien des collectifs opposés à la candidature de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 4 minutes