Bové y va, Hulot s'en va

C'est quasiment acquis. À l'issue de la réunion nationale des collectifs unitaires antilibéraux de Montreuil (Seine-Saint-Denis), aucun des 600 délégués ne doutait que José Bové serait candidat à la présidentielle. Le syndicaliste paysan, qui avait annulé sa participation au Forum social mondial de Nairobi pour s'enquérir du soutien des collectifs opposés à la candidature de Marie-George Buffet, a lui-même indiqué qu'il se déclarerait officiellement le 1er février. Histoire de vérifier qu'il peut aller…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents