Effet boomerang

Excepté Jean-Marie Le Pen, tous les présidentiables se sont engagés à adopter une loi sur les droits des détenus. Après avoir publié, en octobre 2006, les doléances de 15 000 prisonniers dénonçant leurs conditions de détention, l'Observatoire international des prisons a adressé un questionnaire aux candidats à la fonction suprême. Seul Nicolas Sarkozy se félicite d'avoir « le plus agi en faveur des prisons » . Il est vrai que le ministre de l'Intérieur a augmenté le nombre de places. Mais le nombre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents