Manu militari

Angelo D'Arcangeli, un jeune Italien victime de harcèlement judiciaire des deux côtés des Alpes et menacé d'extradition, comparaissait le 17 janvier pour « fabrication de faux papiers ». Mais, en l'absence de ses avocats, il a réclamé le renvoi de son procès. Mal lui en a pris : six gendarmes l'ont illico expulsé de la salle et brutalement plaqué contre un mur. Angelo D'Arcangeli, qui est étudiant à Paris-VIII, a déjà fait quatre mois de préventive à Fresnes, et est menacé d'extradition (voir Politis n°…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents