Une question de conscience

Un rapport parlementaire rouvre le débat sur le clonage thérapeutique – qui soulève des objections éthiques – et pose des questions relatives
à la commercialisation du vivant.

Clonage. Le mot fait peur, avec tout son cortège de raéliens, de brebis vieillies prématurément et de savants fous... Même quand il s'agit de clonage thérapeutique, pourtant distinct du clonage reproductif, qui vise à reproduire un être vivant à l'identique. C'est la raison pour laquelle, dans son rapport sur le « fonctionnement des cellules humaines » (1), remis à l'Assemblée le 5 décembre 2006, l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques a préféré l'expression «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents