Cagliari, le visionnaire

« Fin de terre » met en scène un monde bouleversé par le dérèglement climatique. Ce huis clos émouvant marque les débuts au théâtre de Georges de Cagliari, auteur d’une grande sensibilité.

La lumière à peine rallumée, il s'enquiert de votre avis sur sa pièce, inquiet d'avoir perçu comme une retenue. Il vous donne du « madame », on croit un instant à un cabotinage d'auteur. Georges de Cagliari, certes pétri d'humour, est simplement atteint de cécité presque totale. Une récente intervention, ratée, a enclenché la dégénérescence rapide de sa rétine. Poète, plume éclectique, ancien journaliste, producteur d'émissions culturelles, parolier (pour Yves Jamait, dernièrement), romancier, il découvre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents