DRM, la rente protégée ?

Steve Jobs, patron d’Apple, dénonce l’inéfficacité des DRM, ces verrous imposés par les industriels du contenu contre le piratage. Il relance ainsi le débat entre défenseurs de la rente et partisans de la licence globale.

Les DRM n'ont jamais arrêté le piratage, et ne l'arrêteront sans doute jamais. » Dans la bouche du PDG d'Apple, cet aveu a de quoi surprendre et constitue une sorte d'ultimatum lancé aux quatre multinationales du disque (Sony BMG, Universal, Warner et EMI, 80 % du marché mondial de la musique). Dans un texte aussi habile qu'opportuniste, publié le 6 février sur son blog 1 , Steve Jobs explique qu'en dépit de l'arsenal légal qui les protège les fameux Digital Rights Management (DRM), ces verrous…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.