Le déserteur

«Monsieur le Président, je vous fais une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps »... Qui ne connaît la chanson de Boris Vian ? C'était les années 1950. La France était engluée dans sa sale guerre, en Algérie. Toutes les guerres coloniales ont leur « déserteur » ou leur conscience. Depuis le mois de juin, la guerre d'Irak a le sien. C'est un certain Ehren Watada. Pas vraiment un pacifiste, celui-là. C'est au contraire un baroudeur, engagé volontaire, apprécié de ses supérieurs, qui disent de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents