Les nouvelles fractures de la gauche

De nouveaux clivages sont apparus au sein de la gauche, différents des antagonismes historiques entre révolution et réformisme. Récusée par tous, l’idéologie du « choc des civilisations » s’est invitée dans le débat.

La gauche a toujours été fertile en courants et en divisions. Il faudrait remonter à la Révolution pour apercevoir les premières lignes de fractures entre les Enragés de 1793 et Danton, ou au milieu du XIXe siècle pour distinguer blanquistes, proudhoniens et marxistes. Sans aller si loin, on a coutume de dater l'origine moderne de la gauche française au congrès de Tours, en 1920, théâtre du grand schisme entre « révolutionnaires » adhérant à la IIIe Internationale, et réformistes réunis derrière Léon Blum.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.