« Les quotas s’appliquent toujours au détriment des droits de la personne »

À travers une analyse des politiques
mises en place
à l’échelle de l’Europe et de la France, Claire Rodier*, présidente
du réseau Migreurop, critique la gestion actuelle des flux migratoires.

Clotilde Monteiro  • 8 février 2007 abonné·es

L'échec des politiques d'immigration des pays européens est avéré. La répétition de drames comme ceux de Ceuta et Melilla l'ont dramatiquement démontré. La piste du codéveloppement, désormais prônée par le PS et l'UMP, peut-elle être une solution au problème des flux migratoires ?

Claire Rodier : Le codéveloppement, on en parle depuis vingt-cinq ans, mais rien n'a jamais été fait concrètement. Il est souvent, à tort, présenté comme facteur de réduction de l'émigration alors que le traitement politique des deux questions devrait être dissocié. On vend aujourd'hui le codéveloppement comme un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes