Oui au protectionnisme

Le protectionnisme est tabou pour une partie de la gauche non libérale 1. Les bonnes raisons ne manquent pas. Il peut verser dans le nationalisme. Il peut accréditer l'idée que la contrainte extérieure explique tout ­ l'austérité salariale, le démantèlement des droits sociaux ­ et il peut désarmer en laissant entendre qu'aucune autre politique ne serait, en l'attendant, possible. Il passerait outre le fait que ce sont les firmes multinationales qui organisent les choix de localisation de leurs…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.