Retour sur l'Erika

Le procès du naufrage du pétrolier maltais débute lundi prochain. L’un des enjeux principaux consistera à cerner la responsabilité de Total, son affréteur.

Cueilli par une tempête, le 12 décembre 1999, l' Erika coule au large de la Bretagne sud. Le pétrolier battant pavillon maltais relâchera 20 000 tonnes de fioul, qui souilleront 400 kilomètres de littoral français. L'une de ses pires marées noires, par son extension et la nature du fioul (dit « n° 2 »), lourd et visqueux. La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) estime à près de 300 000 le nombre d'oiseaux touchés ­ dix fois plus que lors de la catastrophe de l' Amoco Cadiz, en 1978. Le montant des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents