Une social-démocrate

Denis Sieffert  • 15 février 2007 abonné·es

Ce n'est pas encore l'envol, mais ce n'est déjà plus tout à fait le trou d'air. À Villepinte, Ségolène Royal a pris de l'altitude... en cessant de planer. Elle est devenue une candidate social-démocrate, avec les forces et les faiblesses inhérentes à ce statut. Une figure politique familière en somme. Fin de la campagne new age . Après avoir tutoyé les abîmes, elle a mis du baume au coeur de tous ceux qui commençaient à croire inéluctable la victoire de Nicolas Sarkozy. Telle qu'elle nous est apparue dimanche, avec ses promesses en l'air, ses élans de générosité, son ordre moral, ses audaces diplomatiques, ses franches avancées sur des questions de société, son anticolonialisme, ses émotions, ses rigidités, ses contradictions, Ségolène Royal est

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes