Acier contre acier

Avec « Ne touchez pas la hache », Jacques Rivette transpose « la Duchesse de Langeais » de Balzac avec une fidélité telle qu’il retrouve la vigueur et l’allant de l’écrivain, et livre un film étonnamment moderne.

Un souffle frais et revigorant passe sur le cinéma français. Il est signé Jacques Rivette. Au diable l'âge des artères et le conformisme qui englue nombre d'oeuvres de « jeunes » cinéastes ! Ne touchez pas la hache est un film limpide, cristallin, plein d'allant, une oeuvre qui palpite d'une énergie juvénile contrôlée. Sans doute est-ce de là que vient le sentiment de sa contemporanéité, alors que son action se situe au début du XIXe siècle. En effet, Ne touchez pas la hache est le titre initial donné par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.