Débats en Grande-Bretagne

Ingrid Merckx  • 1 mars 2007 abonné·es

Le port du voile à l’école fait des vagues en Angleterre. Le 21 février, la Cour suprême de justice a avalisé la décision d’une école de refuser à une élève de douze ans de porter le niqab, qui couvre entièrement le visage à l’exception des yeux. Le même jour, le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB), qui rassemble plus de 400 associations musulmanes, a publié un document demandant au gouvernement de permettre aux jeunes musulmans d’exprimer plus librement leurs pratiques religieuses. « Certaines écoles n’ont pas été réceptives aux revendications légitimes et raisonnables des parents et des enfants musulmans en relation avec leurs aspirations et leurs préoccupations dictées par leur foi » , précise ce texte. D’après le Conseil, les voeux des musulmans concernant les programmes d’éducation sexuelle, les vestiaires individuels, les temps de prière, les repas halal ou les leçons de sport ne sont pas suffisamment pris en compte. Il réclame, entre autres, la construction de salles de prières dans les écoles, que les filles soient autorisées à porter le hijab ou une robe islamique, que les garçons puissent se laisser pousser la barbe et n’aient pas à retirer leurs amulettes religieuses. Le ministère de l’Éducation a fait savoir que le document du MCB ne cadrait pas avec le code de conduite en vigueur dans les établissements.

Mais la politique du gouvernement de Tony Blair (dont le MCB est un interlocuteur privilégié depuis les attentats de juillet 2005 à Londres) dans les établissements publics n’est pas évidente, vu de France en tout cas. En Angleterre, la religion est un acteur incontournable de l’école publique. La tendance à en confier la gestion à différentes églises ou religions remonte au XIXe siècle. En septembre dernier, le Premier ministre a prévu de porter à cent le nombre d’écoles islamiques et de construire une école publique pour les sikhs près de Londres, et une autre pour les hindous à Harrow. Reste que 64 % des Britanniques se disaient opposés en 2005 au financement des écoles religieuses avec l’argent du contribuable.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant