Derrière le « vote utile»

Pétition après pétition, voilà maintenant que des intellectuels de gauche ­ des amis parfois ­ nous invitent à voter « utile » dès le premier tour de la présidentielle 1. C'est ce qu'on appelle le « syndrome » d'avril 2002. Comme pour nous faire avaler l'idée d'un sacrifice à consentir devant un péril historique. La question est de savoir si le remède suggéré n'est pas pire que le mal. De quoi s'agit-il ? Il y a cinq ans, la France avait été privée de deuxième tour, puisque au soir du premier, il n'y avait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents