José Bové, une campagne hors normes

La candidature « collective » de José Bové étonne et détone. Si l’obstacle des parrainages est levé, elle devra mieux concilier inventivité et organisation.

Michel Soudais  • 15 mars 2007 abonné·es

C'est le seul véritable obstacle qu'il leur reste à franchir. Vendredi soir, les militants rassemblés autour de José Bové sauront s'ils disposent d'assez de parrainages d'élus pour continuer. Lundi, le leader paysan, en déplacement à Calais, se disait « confiant » . La veille au soir, il disposait de 459 signatures, selon un pointage présenté lors d'une réunion de sa direction de campagne. Et aucun des participants n'envisageait que les 800 militants mobilisés pour cette collecte échouent si près du but. À moins d'un « bug de dernière minute » , la réunion nationale des collectifs antilibéraux, qui se tient ce week-end à la bourse du travail de Bobigny (Seine-Saint-Denis), ne sera qu'une formalité.

Certes, le maintien des autres candidatures antilibérales, la personnalisation de la campagne du syndicaliste paysan et sa faible audience dans les sondages seront vraisemblablement discutés lors de ce rassemblement décidé lors de la rencontre de Montreuil, fin janvier, pour vérifier que l'action engagée suscite « une dynamique populaire » . Mais ces critiques, rassemblées dans une contribution commune signée de Clémentine Autain, Claude Debons et Christian Picquet ( Politis n°942), n'affectent

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian