Machisme : Trop, c’est trop !

Bernard Langlois  • 29 mars 2007 abonné·es

Il n'est vraiment pas besoin d'être un fan de Ségolène Royal pour juger scandaleux les traitements qu'on lui inflige. Autant est-il licite (et de notre point de vue nécessaire) de discuter son programme, le contenu de ses interventions ou le flou de certaines de ses propositions, autant le doute jeté en permanence sur ses capacités, l'accent mis sur ses « bourdes » ou sa légèreté supposée, la complaisance que les médias mettent à offrir des tribunes à ses contempteurs (que ce soit le pitoyable Claude Allègre, justifiant son aversion au nom de la science [!], ou, pis, l'obscur député de la Drôme, ce « traître de mélodrame » accédant à la notoriété par un « libelle infâme » hâtivement concocté avec l'aide intéressée d'un confrère chafouin), quand, dans le même temps, tout en ronds de jambe et courbettes devant Sarkozy, ils se gardent bien de relever ses âneries (les « ethnies sunnites et chiites » , par exemple) ou de lui poser la moindre question embarrassante sur ses curieuses déclarations

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 10 minutes