Marie NDiaye : la punition

Les mauvaises pensées abîment les corps chez Marie NDiaye, grande prêtresse de l’inquiétude et de la métamorphose. Elle publie un roman, « Mon Cœur à l’étroit », et des pièces de théâtre, avec Jean-Yves Cendrey.

Connaît-on jamais vraiment les personnages d'un roman ? Sont-ils ce qu'ils disent ? Se pourrait-il, parfois, qu'ils nous trompent ? Telle est l'idée qui s'insinue, progressivement, dans Mon Coeur à l'étroit , le dernier roman de Marie NDiaye. Et ce, par un truchement narratif de haut vol. Qui, tout d'abord, décrète le fantastique, des premières lignes aux dernières : quelque chose a changé dans la vie d'Ange et Nadia, couple modèle d'instituteurs rectilignes. Le regard sur eux s'est renversé. Estimés, ils…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents