Nadia, journaliste, emmerdeuse et indigène...

À l’École supérieure de journalisme de Montpellier, l’exclusion d’une jeune femme recrutée au titre de la « diversité culturelle et sociale » tourne à l’affaire politique. Récit.

C'est une grande jeune femme au rire facile. Quand on l'interroge sur ses origines ­ question convenue qui suppose que certains seulement auraient une « origine » ­, elle répond : « Bourguignonne. » Oui, mais comme on dit dans l'histoire juive, « anciennement » ? Eh bien, anciennement, Nadia Mokaddem est originaire d'Algérie. Son père, ouvrier agricole, était de Ténès, ville côtière située à l'ouest d'Alger. Ses parents ont quitté la rive sud de la Méditerranée en 1956 pour s'installer à quelques lieues…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents