Précarité à la une

Le métier de journaliste se dégrade chaque jour davantage. Une action syndicale tente d’alerter sur ce phénomène qui menace le pluralisme et la qualité de l’information.

Chauffeur routier, éducateur, infirmière, RMIste, institutrice. Si tous les chemins mènent à Rome, les études de journalisme mènent à tout, même aux destinées les plus éloignées de la presse. Fatigués par des années de précarité, épuisés par des fiches de paye faméliques et des conditions de travail inacceptables, ils sont de plus en plus nombreux à troquer la plume pour un outil de travail radicalement différent. Pour ceux qui veulent - ou peuvent - persévérer, le journalisme est devenu synonyme de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Extinction Rebellion sonne la révolte en France

Écologie accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents