Retraites : renversement de régimes

Le gouvernement est en passe de privatiser le régime spécial de retraite de la SNCF, sans avoir présenté de garantie de financement. Ensuite, Nicolas Sarkozy s’attaquera aux autres…

Thierry Brun  • 1 mars 2007 abonné·es

On savait la droite remontée contre les régimes spéciaux de retraite. Ce communiqué du conseiller politique de Nicolas Sarkozy, daté du 15 février, enfonce le clou. François Fillon y écrit que le candidat de l'UMP « est le seul à dire » qu'il financera les petites retraites « en réformant les régimes spéciaux » . Et Nicolas Sarkozy « n'a jamais menti aux Français » ! Dans le même temps, le gouvernement met la dernière main à la privatisation de l'un de ces régimes spéciaux, celui de la SNCF [^2], le seul qui ait échappé jusqu'alors aux réformes libérales.

Les principales organisations syndicales (CGT, FO, SUD-Rail, CFDT, Unsa, CFTC) distribuent depuis quelques semaines des tracts au titre éloquent : « Notre régime spécial peut-il survivre à la privatisation de notre caisse de prévoyance et de retraite ? » Elles veulent démontrer que le dossier, bien avancé, comporte de nombreux risques. « La direction et le gouvernement nous mentent en prétextant donner toutes les garanties sur la préservation

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes