« Surveillance pénale et darwinisme social »

Magistrate, coprésidente
de la Fondation Copernic, Évelyne Sire-Marin s’insurge contre la loi
de prévention de la délinquance, qui apporte une réponse pénale à des problèmes relevant
de l’urgence sociale.

Évelyne Sire-Marin  • 29 mars 2007 abonné·es

Les émeutes des banlieues de 2005, puis les intenses mobilisations contre le CPE de 2006, ont attiré l'attention sur les profondes inégalités qui frappent en France des millions de gens, et notamment des jeunes : retrait des services publics des territoires périurbains, taux de chômage double de celui du reste de la population, logements désolants, discriminations et mépris.

À l'explosion des banlieues, on répondit par l'état d'urgence, dans un réflexe de vieille

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes