Total, toujours Total...

Dans la guerre pour l'accès stratégique au pétrole, tous les coups son permis. À condition de ne pas se faire prendre. Se faire prendre, c'est ce qui est arrivé au patron de Total, Christophe de Margerie, mis en examen pour avoir signé en 1997 (il n'était alors que directeur « Moyen-Orient ») un contrat avec l'Iran, assorti d'une commission occulte de 60 millions d'euros destinée au fils de l'ex-président, Hachemi Rafsandjani. « Du procès de l' Erika aux soupçons de fraude massive à l'Urssaf, en passant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.