« La question noire recouvre des réalités diverses »

Christiane Taubira, députée PRG de Guyane
et déléguée
à l’expression républicaine auprès de Ségolène Royal, admet une volonté de regroupement pour que
« la question noire » soit prise en compte.
Pas plus.

En 2002, première candidate noire à l'élection présidentielle, vous avez fait de bons scores dans les DOM-TOM et les banlieues. Peut-on parler d'un vote communautaire ? Christiane Taubira : Non. Si j'ai eu deux gros bataillons d'électeurs là où vous dites, j'en ai eu aussi au coeur des grandes villes : des personnes de profession libérale, universitaires, chercheurs... Cela traduisait la reconnaissance d'un idéal républicain que j'ai porté et qui ne dissimulait pas ses choix. Non un vote identitaire.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.