L'ordre juste au Proche-Orient

Et si on parlait d'autre chose que de la présidentielle ? Si on parlait de politique internationale ? Dit comme ça, la proposition peut paraître absurde. C'est pourtant le reflet de cette pâle campagne. Nos candidats, ceux en tout cas qui focalisent l'attention des grands médias, gardent pour eux, jalousement, leurs envolées géopolitiques. Rien sur la politique étrangère. Même ­ et peut-être surtout ­ quand il s'agit de ce Proche-Orient dont les secousses n'en finissent pas de propager leurs ondes dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents