Pascal Boniface : « La France ne doit pas rentrer dans le rang »

Auteur d’une lettre aux présidentiables, le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques se dit très déçu du traitement de la politique étrangère dans la campagne.

Comment expliquez-vous l'absence des sujets de politique étrangère dans cette campagne, sauf lorsqu'ils prennent l'apparence de causes humanitaires, comme à propos du Darfour ? Pascal Boniface : C'est une erreur difficilement compréhensible de la part des candidats, car on ne va pas élire le Premier ministre mais celui ou celle qui incarnera la France à l'étranger. J'avais fait le pari d'un certain nombre de clivages sur la politique étrangère, et j'avoue ma déception. Ce n'est pas faute que les Français…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents