Un Portugais à Paris

Avec « Belle toujours », Manoel de Oliveira donne une suite à « Belle de jour », de Luis Buñuel.

Quel drôle de film ! Qui aujourd'hui est capable de faire preuve d'une telle liberté ? Manoel de Oliveira, dont on ne cesse de rappeler l'âge pour évoquer sa vitalité sidérante : 99 ans, l'âge de la fantaisie. Belle toujours se présente comme une suite, et même, peut-être, comme le dénouement de Belle de jour , le film que Luis Buñuel tourna en 1967 avec Catherine Deneuve et Michel Piccoli : l'histoire d'une jeune femme, Séverine, s'ennuyant auprès de son mari, et qui, sur les conseils d'un ami de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.