Du changement dans l'air

L’avenir incertain des sous-traitants d’Airbus pousse les acteurs de
Midi-Pyrénées à chercher des solutions pour consolider les emplois. La proposition de monter des coopératives se heurte à des résistances.

Avec ses locaux flambant neufs situés dans une zone d'activité proche du site principal d'Airbus France à Toulouse, la coopérative (scop) Aerem n'a rien à envier à ses concurrents. Spécialisée dans l'étude et la réalisation d'outillage aéronautique, elle emploie 22 salariés et fait partie des sous-traitants de niveau 1, ceux qui traitent directement avec l'avionneur européen. Le statut de scop, qui la différencie des autres sous-traitants, « n'affecte en rien [ses] relations avec le donneur d'ordre » ,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents