Face à l’invisible

Dans « Tehilim », Raphaël Nadjari confronte une famille au mystère de la disparition du père.

Ingrid Merckx  • 31 mai 2007 abonné·es

Pour confronter l'individu à l'invisible, Raphaël Nadjari choisit Jérusalem. Pas la Jérusalem antique des lieux de culte et d'histoire(s). Mais une Jérusalem moderne, celle d'un quartier résidentiel où demeure la classe moyenne ; loin des conflits, ou presque. En outre, le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes