« Il fallait tout inventer »

Alors que s’ouvre la soixantième édition du festival de Cannes,
Alain Tanner publie « Ciné-mélanges », un livre-bilan sur son expérience de cinéaste, très critique sur la situation actuelle.

Alain Tanner, avec ses « collègues » Michel Sutter ou Claude Goretta, fut l'un des inventeurs de ce qu'on a appelé le Nouveau Cinéma suisse. Après le Free Cinema en Grande-Bretagne, la Nouvelle Vague en France, deux mouvements qu'Alain Tanner a croisés dans sa jeunesse, il participe à l'élaboration d'un cinéma à petits budgets, libéré des contraintes académiques, et politisé. Près de cinquante ans plus tard, et plus de vingt films aux styles divers, dont la Salamandre (1971) et Dans la ville blanche…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.