La gauche en désordre de bataille

Les formations de gauche redoutent que les législatives amplifient, une fois encore, les résultats de la présidentielle. Divisée, la gauche antilibérale, PC compris, est menacée par le PS.

L'échéance est redoutée. Et dans toutes les formations de gauche, on ne trouve plus personne pour défendre l'inversion du calendrier électoral voulue par Lionel Jospin en 2001. Il faut dire que l'histoire électorale ne laisse guère de doute sur l'issue globale du scrutin des 10 et 17 juin prochains. À chaque fois que les élections législatives ont été organisées dans la foulée d'une élection présidentielle, en 1981, en 1988 et en 2002, les électeurs ont donné au chef de l'État qu'ils venaient d'élire la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents