Le paradoxe africain

Formé au fil de la critique du développement, le projet d'une société autonome portée par la décroissance n'est pas étranger à l'Afrique. Paradoxal ? La rencontre récente d'intellectuels béninois, au Centre Emmaüs de Tohue, près de Cotonou, à l'initiative de l'ONG italienne Chiama l'Africa, est éclairante. Albert Tévoédjrè était présent. Il publia en 1978 un livre à succès précurseur des idées de la décroissance, la Pauvreté, richesse des peuples 1 : absurdité du mimétisme culturel et industriel, démesure…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.