Le retour de la violence

La violence a fait rage lundi à Tripoli entre les soldats libanais et les islamistes du Fatah al-Islam. Le groupuscule accusé de liens avec Al-Qaïda est retranché dans le camp de réfugiés palestiniens de Nahr-al-Bared, au nord du pays. Au lendemain de la première journée de combats qui a fait 57 morts, l'armée libanaise a repris le pilonnage des positions du Fatah al-Islam. Le Premier ministre libanais a dénoncé un « crime prémédité et une tentative dangereuse de déstabilisation » de la part du groupuscule…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.