Malaises

Politis  • 24 mai 2007 abonné·es

Le collectif Urgence Darfour, qui fait circuler une « europétition », « pour que l’ONU soit obligée de se rendre sur place » , divise les ONG. Médecins sans frontières (MSF) et Action contre la faim (ACF) ont qualifié de « simplistes » et « dangereuses » ses propositions d’intervention au Darfour et d’armement des rebelles du Mouvement de libération du Soudan. « Intervenir militairement, au nom du bien-être des populations, se solde souvent par un grand nombre de victimes civiles » , a alerté Gabriel Trujillo, responsable adjoint des programmes de MSF. Président de Médecins du monde (MDM), Pierre Micheletti a déclaré que son organisation ne se reconnaissait pas « dans la lecture qui ferait du Darfour uniquement un conflit opposant l’islam radical à l’islam modéré » . Il dénonce aussi les « liaisons dangereuses » entre humanitaires et militaires suscitées par le collectif : « Positionner des ONG comme des détonateurs des interventions armées est la meilleure façon d’hypothéquer leurs capacités à intervenir pour aider les populations. »

Présidée par un ancien de MDM, Jacky Mamou, Urgence Darfour est soutenue par Bernard-Henri Lévy, qui a pris la tête d’une campagne contre « ce qui peut devenir le premier génocide du XXIe siècle » . Nicolas Sarkozy s’est engagé à peser sur le Conseil de sécurité, le 20 mars, lors d’une soirée organisée par Urgence Darfour à la Mutualité, à Paris. Et le nouveau ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, également présent le 20 mars, a annoncé le 19 mai qu’il faisait du Darfour « une de ses priorités » . Derrière la question des personnes, deux visions du monde s’opposent : selon Jean-Hervé Bradol, président de MSF, Urgence Darfour, calquée sur le modèle américain, « a une cause politique à défendre : la mise au pas du régime soudanais actuel par une surenchère guerrière » . Une surenchère qui pourrait profiter de l’instrumentalisation des humanitaires et du droit d’ingérence.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre
À Châteaubriant, le passé, outil de lutte pour le présent
Reportage 10 juillet 2024

À Châteaubriant, le passé, outil de lutte pour le présent

Le 3 juillet, une marche rurale, sociale et syndicale, organisée par le collectif Réveillons la résistance, a eu lieu dans cette ville marquée par l’histoire. Une première mobilisation pour tisser des solidarités entre campagnes et quartiers populaires, et rappeler les dangers de l’extrême droite.
Par Vanina Delmas