Palme plate

Palme d’Or en 2001, « la Chambre du fils » est le moins original et le plus consensuel des films de Nanni Moretti.

À l'orée des années 1980, victime de la concurrence télévisuelle et de l'effondrement du marché, le cinéma italien est moribond. Seul Nanni Moretti signe un cinéma d'auteur, attaché à l'écriture et à des personnages à la fois engagés dans la bataille sociale et un tantinet tourmentés. Ainsi Bianca (1984), La messe est finie (1985), Palombella rossa (1989). En 1993, il ouvre son Journal intime par cette exclamation : « Je suis un splendide quadragénaire ! » Un cri du coeur contre une génération gâchée par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.