Paysages et distorsions

Une exposition des images du Sud-Africain David Goldblatt,
entre réel et hallucination du réel. Une métaphore de l’apartheid,
et l’image d’un pays qui a retrouvé une certaine « normalité ».

Derrière lui, ou plutôt derrière l'objectif, un long parcours calé dans l'histoire, bouleversée bouleversante d'un pays, son pays, l'Afrique du Sud. Durant l'apartheid, il glisse dans sa boîte noire les Afrikaners d'une part, les Noirs d'autre part, pour une image qui se veut une analyse de la structure sociale et culturelle. Sur plusieurs années, il agrippe l'évolution et la fin de l'apartheid. La galerie Marian Goodman, à Paris, propose deux volets différents du travail de David Goldblatt, l'un en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents