Un vent de recompositions

La naissance du Parti démocrate, fusion de la social-démocratie italienne avec les démocrates-chrétiens de Romano Prodi, a ouvert un large espace politique à gauche. Comme souvent dans le passé, le « laboratoire » politique italien expérimente les différentes voies possibles.

Le 21 avril dernier, réunis en congrès dans leur fief de Florence, les Démocrates de gauche (DS), le plus grand parti de la gauche italienne, lointains héritiers du Parti communiste italien (PCI) ayant rejoint, après la chute du mur de Berlin, la social-démocratie européenne, ont décidé de s'unir aux chrétiens-démocrates de la Margherita, le parti centriste de Romano Prodi (voir Politis n° 949). Ce dernier, tenant congrès à Rome le lendemain, a approuvé la même direction. Un Parti démocrate à l'américaine…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents