« Une urgence citoyenne »

Douze associations de l’action sociale et solidaire expliquent à « Politis » pourquoi elles ne veulent pas de Nicolas Sarkozy comme président de la République. Tous les aspects de la société sont concernés.

Jean-Baptiste Quiot  • 3 mai 2007 abonné·es
« Une urgence citoyenne »

Voter le 6 mai contre le candidat qui veut confisquer les libertés, réduire l'égalité aux privilèges de quelques-uns et la fraternité aux plus forts est une urgence citoyenne. » Ces mots de Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des droits de l'homme, résument avec gravité le sentiment de nombreux responsables associatifs. Et leur souhait : ne pas voir Nicolas Sarkozy accéder à la présidence de la République. C'est cette « urgence citoyenne » que la rédaction de Politis , à quatre jours du scrutin, relaye dans ce dossier. Mesurer le danger de la victoire d'une droite ultralibérale est le devoir de tous aujourd'hui. Y compris de ceux qui n'adhéraient pas au

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 3 minutes