Une ville menacée de noyade

La construction, en Turquie, d’un barrage sur le fleuve Coruh détruirait la vallée de Yusufeli. Des entreprises étrangères, notamment françaises, sont impliquées, au mépris des conventions internationales. Reportage.

Après avoir quitté Trabzon et sa pluie incessante, à l'extrême nord-est de la Turquie, nous nous dirigeons vers Artvin, à 20 kilomètres de la frontière géorgienne. Plusieurs barrages sont déjà construits sur ce tronçon du fleuve Coruh, critiqués pour leur coût et leur faible rentabilité, ce qui n'empêche pas la planification d'une vingtaine d'autres. En remontant le fleuve, nous pénétrons dans une vaste zone de végétation luxuriante. « Welcome to the paradise », indique un grand panneau à l'entrée de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents